Vu dans le courrier picard :

Les dépressifs sont-ils moins sensibles aux odeurs agréables, celles qui font le parfum de la vie ?
Oui selon une équipe Inserm de Tours. Peut-on parler de "nouvel indicateur" de la maladie dépressive ?
Pour Catherine Belzung, de l'Inserm, "les personnes atteintes de dépression sévère éprouvent des difficultés à expérimenter les plaisirs, la zone du cerveau impliquée dans la sensation agréable provoquée par certaines odeurs présente des dysfonctionnements. Voilà deux raisons pour s'intéresser à leur odorat"

Cela est tout à fait vrai pour moi. Je ne sens que les mauvaises odeurs, je ne sens plus les roses et autres bonnes odeurs, par contre quand les cultivateurs déversent du lisier dans les champs ou le chat de ma fille fait ses besoins je la suis la première à le sentir.

Je vous souhaite une excellente journée.